Vivre dans un autre pays : le Japon

Cet article participe au carnaval d’articles que nous avons créé sur le thème “comment le fait de vivre dans un autre pays que le sien a-t-il impacté votre vie”

Vivre au Japon a été pour moi une expérience exceptionnelle et très enrichissante. J’ai vécu 8 ans dans ce beau pays et j’y retourne régulièrement. C’est un pays que j’apprécie énormément pour de multiples raisons.

vivre au Japon - quartier de Shinjuku à Tokyo
Quartier de Shinjuku – Tokyo ©photolaurent

Vivre aillleurs et se (re)découvrir

Qui n’a jamais pensé partir vivre ailleurs (pour ma part vivre au Japon), laisser ce que l’on connaît et découvrir un autre pays, d’autres mœurs, cultures sans penser au retour…

Devenir un étranger, ce que les grecs de l’antiquité appelés BARBARES, du grec barbaros : “les peuples n’appartenant pas à leur civilisation (définie par la langue et la religion helléniques), et dont ils ne parvenaient pas à comprendre la langue. Barbare signifiait alors « non grec » : toute personne dont le langage ressemblait, pour les Grecs, à un charabia « bar-bar ».

Selon Hérodote : « Les Égyptiens appellent barbares tous ceux qui ne parlent pas leur langue »

Mes premiers voyages – de l’importance des rencontres

J’ai eu très tôt envie de partir, d’aller vivre dans un autre pays. Je me souviens d’un ami de la famille qui était parti en Australie à sa majorité. Il était revenu après une année passée là-bas avec de nombreuses histoires. Nous passions du temps à regarder ses photos et à l’écouter parler des aborigènes, des paysages si variés, des animaux…j’avais 12 ans et des rêves plein la tête. Une invitation à partir sans peur et craintes, un sourire éclatant quand il en parlait.

Avec le temps, cette envie de voyage est devenue de plus en plus en forte. Travaillant en colonie de vacances l’été lorsque j’étais étudiant, je décidais de trouver une association axée sur les voyages à l’étranger. Je devenais responsable de groupes et découvrais ainsi de nombreux pays riches en rencontres et fraternité :

  • Finlande
  • Norvège
  • Russie
  • Pays-Bas
  • Grèce
  • les îles Cyclades
  • Égypte
  • Maroc
  • Belgique…

De l’importance de parler anglais et/ou la langue du pays

L’anglais étant une langue enseignée dans de nombreux pays et parlée par de nombreuses personnes autour du monde, je me suis aperçu rapidement que mon niveau d’anglais n’était pas suffisant du tout 🙂 et que je n’avais pas l’habitude de le parler.

J’ai dû me forcer à parler la langue shakespearienne pour pouvoir communiquer. Plus on parle une langue, plus on peut l’utiliser facilement. Aujourd’hui, je regarde des films en VO, ce que je n’aurais jamais imaginé il y a quelques années.

Pouvoir communiquer est clairement un facteur facilitant si l’on décide de vivre dans un autre pays et s’y intégrer.

Partir vivre ailleurs, c’est se découvrir et percevoir ses limites sur le moment. Il est possible alors de :

  • accepter ses limites pour les dépasser / sortir de sa zone de confort pour progresser
  • rester dans sa zone de confort
sortir de sa zone de confort
Sortir de sa zone de confort

Adaptation : appropriation d’un organisme aux conditions internes et externes de l’existence, permettant à cet organisme de durer et de se reproduire.

Partir au Japon – un choc de culture

Je suis arrivé au Japon en avril 2005. Je me souviens encore de la chaleur à la sortie de l’avion. Une chaleur moite et intense qui vous prend aux tripes et qui immédiatement vous plonge dans un univers si différent. Un ami m’avait conseillé de prendre le Limousine bus pour me rendre de l’aéroport au centre de Tokyo, afin de découvrir la ville et par facilité.

Quel choc de découvrir cette mégalopole par les vitres du bus…serpents de bitumes suspendus au dessus des immeubles, les buildings immenses, le ciel d’un bleu azur, des temples de bois découpant l’horizon au milieu des structures de verres et d’acier et les toits de tuiles bleues foncées dans les quartiers résidentiels que nous surplombions du haut de l’autoroute suspendue…puis le calme à la sortie du bus malgré la multitude, fourmilière humaine…

vivre dans un autre pays - autoroutes suspendues Tokyo
Autoroutes suspendues Tokyo et périphéries ©photolaurent

Absence de repères

Lorsque l’on s’installe dans un pays différent du sien, on perd ses repères. Le repli sur soi peut apparaître alors comme une solution (rencontrer uniquement des personnes de même nationalité par exemple / rester seul / sortir peu … )

Le Japon est un pays très différent de la France par de nombreux aspects. L’être humain étant un être de communication par nature, la plus grande difficulté pour moi fut la non possibilité de communiquer car je ne parlais pas du tout le japonais. J’ai mis des années à pouvoir le parler même si petit à petit, je le comprenais de mieux en mieux. Je continue encore aujourd’hui à l’étudier et je suis ravi d’avoir commencé.

Mes 10 conseils pour avoir une vie épanouissante dans un pays différent du sien (exemple au Japon)

  • apprendre la langue : un incontournable si l’on veut vraiment profiter du pays dans lequel on vit et pour comprendre la pensée. La langue véhicule des concepts, une culture, une énergie etc…encore plus lorsque la culture est très éloignée de la vôtre comme au Japon par exemple. Ainsi apprendre le langue permet également de se faire des amis beaucoup plus facilement ce qui permet de s’épanouir plus rapidement et mieux dans le pays d’accueil.
  • prendre du recul sur sa propre culture / éviter les clichés: on se rend compte alors des idées véhiculées par le système dans lequel on a vécu. Tout système induit des façons de penser. Vivre dans un autre pays permet de relativiser ces idées. Combien de fois avant de vivre au Japon ai-je entendu que les japonais étaient racistes. Comme dans tous les pays, il y a du racisme au Japon. Cela dépend de chacun. Mais je ne l’ai jamais ressenti vraiment et au contraire, j’ai été accueilli et aidé de façon incroyable.
  • ne pas comparer les cultures : lorsque l’on part vivre dans un autre pays, l’on a tendance à analyser les us et coutumes du pays par le biais de son propre filtre culturel. C’est tout à fait normal puisque ce sont nos repères. Mais il est important d’en être conscient et de savoir prendre du recul afin de ne pas tomber dans les jugements. Cela ne veut pas dire que l’on est d’accord avec tout. Chaque culture est différente et ne peut pas se comparer.
  • ne pas imposer sa culture : quel que soit le pays où l’on souhaite vivre et/ou passer du temps, il est important de respecter la culture du pays où l’on se trouve.
  • observer pour comprendre : combien de fois ai-je observé les japonais pour comprendre comment il fallait faire. La 1ère fois que je suis entré dans un SENTO (bain public), je ne parlais pas japonais, je n’y étais jamais allé et j’étais seul 🙂
  • être à l’écoute, patient et demander si besoin : la communication peut parfois être fastidieuse mais avec de la patience et de la bonne volonté, on arrive à se faire comprendre. Lorsque cela est nécessaire ou trop spécifique, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide (visa, assurances, banque…)
  • ne pas trop réfléchir : ici je parle de réflexion “enfermante”, limitante, celle qui fait ruminer et qui s’auto-entretient. Il est normal de ne pas comprendre certaines choses. Il suffit de l’accepter.
  • faire des activités pour rencontrer des locaux : que ce soit du sport, des activités manuelles, aller au musée…toute activité qui fait sortir de chez-soi et permet d’être en contact avec la population.
  • être tolérant même si l’on ne comprend pas : parfois la culture du pays peut être surprenante pour une personne d’un autre pays. Je me souviens d’un repas dans un IZAKAYA (bar-restaurant-bistrot typiquement japonais) avec des amis japonais. Au menu du restaurant, il y avait de la baleine…
  • lire et se documenter sur le pays, sur la culture et les coutumes : il y a des spécifiés à connaître selon le pays où l’on vit. Par exemple au Japon, on utilise énormément l’argent liquide même pour des sommes de plus de 100 euros. Le chèque n’existe pas vraiment et la carte bleue est relativement peu utilisée. A l’ISAKAYA, les mets sont partagés entre toutes les personnes à table. On évite les contacts physiques. On se place à gauche dans les escalators à Tokyo (pour permettre aux gens pressés de passer à droite). Il est autorisé de rouler à vélo sur les trottoirs…

vivre ailleurs - magasin de vélo à Tokyo
magasin de vélo Tokyo ©photolaurent
En conclusion

pour ma part, vivre au Japon a été une aventure magnifique et très enrichissante permettant une introspection réelle. Même s’il y a eu des moments de doutes, de fatigue, d’inconforts, ces 8 années passées là-bas m’ont ouvert aux autres, à moi-même, à cet AUTRE qui, finalement, n’est pas si différent de soi.

Vivre dans un autre pays aura forcément un impact sur votre vie. Cela permet d’avoir un rapport différent à sa propre culture, indéniablement. Et comme souvent, tout dépend de la façon dont on prend les choses. Comme le regard que l’on porte sur la vie :-)

Je pense que vivre quelques mois ou plus dans un pays étranger serait une expérience à ajouter dans le cursus scolaire, voire obligatoire.

Les voyages forment la jeunesse

Montaigne

Cela vous parle-t-il ? Envisagez-vous de partir vivre dans un autre pays ? Au Japon peut-être ?

Laurent

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Commentaire (1)

  • Oxana|

    Il est vrai que partir pour long temps dans un autre pays signifie une sortie complète de notre zone de confort.
    Et il faut du temps pour s’y habituer !
    Je trouve cette image très intéressante, qui illustre parfaitement que nous devons traverser les différentes étapes afin de nous retourner à nouveau dans notre zone de conforte, en restant, en fait, dans la même situation qu’auparavant, mais en acquérant différentes compétences qui nous permettent de transformer notre perception !

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    ​Souhaitez-vous recevoir gratuitement notre manuel "mes premiers pas en japonais"