Haïku de printemps – Ryôkan

 Qu’est-ce qu’un HAIKU ?

Un haïku (俳句, haiku) est un petit poème extrêmement bref visant à dire et célébrer l’évanescence des choses.

Le Haïku est un style de poésie japonaise comprenant de petits poèmes de 17 syllabes, divisées en trois vers de 5, 7 et 5 syllabes respectivement. C’est une forme poétique très codifiée dont la paternité, dans son esprit actuel, est attribuée au poète Bashō Matsuo (1644-1694). Les enfants japonais étudient ce style de poésie dès l’école primaire et la plupart des japonais connaissent par cœur les haïku célèbres et en inventent pour se divertir.

Sakura

cerisier japonais – sakura

HAIKU de printemps

Ici, nous avons un HAÏKU de printemps du poète Ryôkan Taigu très connu au Japon.

 良寛(1758-1831)

りょうかん

Ryôkan

ちる さくら

CHIRU SAKURA

les fleurs de cerisier tombent

さくら ( sakura ) = fleurs de cerisier

ちる (chiru ) = tomber

のこる さくら も

NOKORU SAKURA MO

même les fleurs qui ne tombent pas encore

さくら ( sakura ) = fleurs de cerisier

ちるさくら

CHIRU SAKURA

tomberont tôt ou tard

ちる (chiru ) = tomber

さくら ( sakura ) = fleurs de cerisier

Ryokan, le poète de ce haïku était aussi un grand moine bouddhiste du Japon. Dans ce haïku, Il compare la vie des fleurs à la condition humaine. C’est une métaphore de la vie.

Si vous ne connaissez pas encore les KANA, nous vous invitons à aller sur notre page “débutant, commencez ici”.

 Le langage des fleurs – HANAKOTOBA – はなことば

Au Japon, de nombreuses fleurs sont utilisées pour la signification qu’on leur donne, selon leur apparence et les qualités visuelles, olfactives…Les fleurs sont alors utilisées pour transmettre des émotions ou un sentiment particulier. Dans de nombreuses cultures, les fleurs ont une importance particulière et sont utiliser symboliquement ou lors de fêtes …

Les japonais en ont fait un art, un DÔ, une voie. Lorsque l’on découvre la culture japonaise, on s’aperçoit rapidement de la place que les japonais accordent aux fleurs dans leur culture, certaines étant un symbole fort comme le chrysanthème, symbole de l’empereur ou la fleur du cerisier, symbole de l’éphémère. Des influences du bouddhisme, la nature en général a une place particulière dans la culture du Japon.

Beaucoup de festivals sont liés aux cerisiers en fleurs (SAKURA) et se déroulent de la fin mars jusqu’à la mi – avril au Japon. C’est une période très agréable pour visiter le Japon que nous recommandons (même si parfois, il peut y avoir un peu trop de monde).

HANAMI – はなみ

Pic-nique sous les cerisiers en fleurs,

faire HANAMI” – はなみをする –  花見をする

est l’occasion de se retrouver entre amis, de manger, boire, chanter, passer un moment agréable en contemplant les cerisiers en fleurs. Les japonais attendant la floraison des cerisiers avec plaisir. On trouve le calendrier des cerisiers en fleurs permettant de connaître les dates de floraison des cerisiers du Sud au Nord du Japon chaque année, fin mars – début avril. La télévision comme NHK en parle même dans son journal télévisé quotidien. La floraison des cerisiers est une grande nouvelle pour les japonais qui adorent contempler les  SAKURA.

Une fois éclos, les fleurs de cerisiers commencent à tomber assez rapidement. Les SAKURA représente l’éphémérité des choses, symbole de l’évanescence de la vie que l’on retrouve dans le bouddhisme zen, religion importante au Japon.

La culture de l’éphémère – MONO NO AWARE – もののあわれ

L’expression mono no aware -est composée de :

MONO – もの / 物 = chose

AWARE – あわれ / 哀れ = pitié, tristesse, compassion, hélas

C’est une expression très intéressante qui reflète profondément la culture japonaise (contemplation, acceptation/résignation / impermanence…). La floraison des cerisiers en mars-avril au Japon est un des symboles du MONONOAWARE.

Le DÔ = 道 ou chemin de développement personnel

On retrouve ce kanji dans de nombreux mots japonais que vous connaissez certainement déjà :

L’origine du se trouve dans le bouddhisme zen japonais dont l’une des origines vient du taoïsme chinois. Le DÔ que l’on peut traduire par chemin, cheminement, voie, représente l’évolution au sein de l’art pratiqué. On retrouve dans ces différentes pratiques l’étude de principes communs et leurs applications.

Quiétude, obédience, respect, études des fondamentaux encore et encore sont au centre des ces disciplines. A partir du XVIème siècle, la méditation, la relation enseignant-enseigné et la répétition des gestes deviennent fondamentaux, toutes disciplines confondues.

L’idée est d’atteindre le MUSHIN - むしん – 無心, l’état du vide ou sans pensée : la pensée et l’action ne font qu’un. Cet état doit mener à l’acceptation du monde tel qu’il est.

Selon Takuan Soho, grande figue du bouddhisme zen au XVème siècle : “L’esprit devrait toujours être dans un état de fluidité, cera lorsqu’il s’arrête sur quelque chose le flux est interrompu et c’est l’interruption qui est préjudiciable au bien-être de l’esprit. Dans le cas d’un sabreur, cela signifie la mort. Quand le sabreur se tient devant son adversaire, il ne pense pas à son ennemi, ni à lui-même, ni aux mouvements du sabre de son adversaire. Il se tient juste là avec son sabre, qui oubliant toute technique, est prêt à suivre uniquement ce que lui dicte le subconscient. L’homme s’est effacé en maniant le sabre. Quand il frappe, ce n’est pas l’homme mais le sabre dans les mains du subconscient de la personne, qui frappe.”

Le prend alors un autre sens et n’est plus un “simple chemin” mais une voie de développement personnel, de transformation de soi.

Ecrire un HAïKU – はいく

Je vous propose d’écrire un petit HAÏKU 🙂

Pour faire un Haïku, il faut écrire un poème de 3 vers respectivement de 5 syllabes, 7 syllabes et 5 syllabes. En général, un Haïku parle d’une émotion ou d’une image en rapport à une saison, à la nature ou à une expérience particulière.

Voici une schéma qui résume bien la méthodologie du haïku :

  • réflexion
  • KIGO avec un élément naturel 
  • émotion

comment écrire un haïku

Les haïku de saison comporte un ” KIGOきご”, mot de saison. Les “puristes” ne reconnaissent pas les Haïku qui ne comportent pas de KIGO. On dit au Japon qu’il y aurait plus de 5000 KIGO.

Voici une petite liste de KIGO selon les saisons. Pour la prononciation, nous vous invitons à lire l’article “Hiragana-prononciation”

kigo

Je vous propose un HAIKU de printemps que j’ai composé en regardant les cerisiers roses de mon jardin, en floraison en ce début de printemps.

retrouvez la vidéo des 2 HAIKU ici

そよかぜ は

SOYOKAZE WA

une brise

そよかぜ( soyokaze ) = brise

 

さくら の におい

SAKURA NO NIOI

l’odeur du sakura

さくら ( sakura ) = fleurs de cerisier

におい ( nioi ) = odeur

ピンク いろ

PINKU IRO

rosé

ピンク (pinku ) = rosé

Machiko

Télécharger HAIKU de printemps

Et si vous écriviez un HAIKU ?

 Si vous souhaitez aller plus loin, nous vous conseillons ce très bon livre de Philippe Costa – petit manuel pour écrire des haïku

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Commentaire (2)

  • Rob|

    J’adore les haiku. Cela représente vraiment la culture japonaise je trouve.

    • Machiko et Laurent|

      Merci Rob. Les haïku et le Japon, tout un monde 🙂

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Recevez gratuitement notre manuel "mes premiers pas en japonais"